Le WorldWatchReport au 19:30 de la Télévision suisse romande

La Télévision suisse romande reprend les chiffres du WorldWatchReport d’IC-Agency pour illustrer un reportage consacré à l’intérêt des Chinois pour l’horlogerie suisse.


Selon le WorldWatchReport 2011, les marques préférées des Chinois sont:

  • Longines (19.3%)
  • Omega (16.8%)
  • Rado (11.7%)
  • Cartier (10.1%)
  • Rolex (8.5%)

Pour de plus amples informations au sujet du WorldWatchReport: www.worldwatchreport.com

Posted in Actualité, Analyses sectorielles, Spécial horlogerie | Leave a comment

Les résultats du WorldWatchReport 2011 dévoilés

Pour la septième année consécutive à l'occasion de Baselworld, IC-Agency dévoile les principales tendances de l'industrie horlogère en publiant le WorldWatchReport, étude de marché qui décrypte la demande relative à 25 marques horlogères de luxe exprimée dans 10 marchés-clés.

Basée sur le décryptage de centaines de millions de recherches effectuées dans Google, Yandex et Baidu ainsi que sur l'analyse de la présence officielle des marques horlogères sur Facebook et Youtube, l'édition 2011 du WorldWatchReport consacre les tendances suivantes:

- plus d'une recherche sur trois relative à des marques horlogères de luxe est effectuée depuis les pays du BRIC. La Chine représente à elle seule 20% de la demande et devient le deuxième pays le plus important derrière les Etats-Unis (32%).

- Longines détrône Omega en tant que marque la plus populaire de Chine, reléguant Rolex à la 5ème place.

- Rolex confirme son statut de marque leader aux Etats-Unis, un marché où la popularité de Breitling connaît une croissance importante.

- Les 3 ambassadeurs de marques les plus recherchés témoignent du caractère globalisé de l'industrie horlogère: Tiger Woods (TAG Heuer), Aishwarya Rai (Longines) et Jet Li (Hublot).

- 1,5 million d'amateurs de montres de luxe sont désormais connectés aux marques horlogères de luxe sur Facebook – soit une progression de 450% en une année. Rolex et Patek Philippe sont les deux seules marques à ne pas être présentes officiellement sur Facebook.

Pour un aperçu plus détaillé des principaux résultats de l'étude WorldWatchReport 2011, vous pouvez consulter le media kit ci-dessous:

WorldWatchReport 2011 – MediaKit

Le rapport peut être commandé en ligne sur le site www.worldwatchreport.com


Posted in Analyse de la demande, Analyses sectorielles, Spécial horlogerie | Leave a comment

Visibilité digitale – Et si les marques abandonnaient leurs sites internet?

À l’heure où les réseaux sociaux s’imposent comme les principaux vecteurs de communication, le temps est peut-être venu de redéfinir l’usage du web par les marques.

Depuis plus de dix ans, les marques investissent dans le développement de leur site Web. Principalement destinées à mettre en valeur les produits et l’univers de la marque, ces vitrines virtuelles évoluent peu et n’incitent pas vraiment l’intéressé à revenir les visiter fréquemment.

Aujourd’hui, l’internaute souhaitant se tenir informé le plus abondamment et en temps réel sur une marque qu’il apprécie se rend sur les réseaux sociaux et notamment sur Facebook, où il peut devenir «fan» d’une marque et s’abonner à la page de cette dernière.

Les marques se retrouvent ainsi confrontées à la nécessité de maintenir leur présence sur deux plateformes digitales différentes: leur site Web et les réseaux sociaux. Ne serait-il pas plus simple de n’en conserver qu’une seule? Bacardi a récemment apporté une réponse radicale à cette question, en indiquant vouloir se concentrer uniquement sur les réseaux sociaux et progressivement abandonner ses sites Web. Raisons évoquées: ils perdent de l’audience et coûtent trop cher à maintenir.

 

La Fan page sur Facebook de la marque De Witt. DR
La Fan page sur Facebook de la marque De Witt. DR

 

La forteresse Facebook

Disposer d’une page sur Facebook présente certains avantages indéniables pour les marques. Nom, prénom, âge, adresse e-mail, lieu de résidence, centres d’intérêt, ces données personnelles sont accessibles sur le réseau social, alors qu’elles ne figurent pas dans les outils de mesure d’audience d’un site Web. La fonction «J’aime» ainsi que la possibilité pour les fans de laisser des commentaires sur les publications permettent aux marques de mieux connaître leur clientèle et de comprendre le type de contenus qui l’intéresse: annonce de nouveaux produits, photos d’ambassadeurs, vidéos d’événements, etc.

En même temps, les marques qui investissent des centaines de milliers de francs pour acquérir et fidéliser des fans sur Facebook s’exposent à un risque non négligeable: le site fondé par Mark Zuckerberg dispose d’un contrôle total sur la plateforme. Il suffirait en effet que Facebook décide de modifier son fonctionnement pour que tous les efforts consentis par les marques pour créer leur communauté de fans se retrouvent anéantis.

Socialisation accrue par le web

Pour ne pas se retrouver à la merci d’une entreprise comme Facebook qui a tout intérêt à cloisonner sa plateforme pour maximiser ses revenus, les marques vont-elles développer et utiliser leurs propres supports pour interagir avec leur clientèle? En horlogerie, plusieurs d’entre elles possèdent, parfois depuis des années, leur propre «club», «communauté» ou «forum de discussion» qui est généralement accessible depuis leur propre site. A titre d’exemple, on peut citer le Community Center de Frédérique Constant, le site Hublotista de Hublot, le forum de IWC ou encore le Club de Jaeger-Le-Coultre.

 

Forteresse impénétrable, Facebook garde le contrôle sur toutes les données versées dans son système. DR
Forteresse impénétrable, Facebook garde le contrôle sur toutes les données versées dans son système. DR

Le point commun de ces différents groupes virtuels réside dans l’exigence d’identification qu’ils imposent à leurs membres. En contrepartie de cette identification, ils accèdent à des contenus exclusifs, des informations en avant-première, la possibilité d’être invités à des événements VIP ou encore de participer à des jeux-concours permettant de gagner une montre. Au final, ces privilèges ressemblent à s’y méprendre aux avantages que les marques promettent aux internautes pour les inciter à devenir fan de leur page Facebook. Cette situation créé une confusion dans l’esprit des amateurs de la marque, qui ne savent plus sur quelle plateforme se rendre en priorité.

En quête de cohérence

En multipliant leur présence sur différents supports, les marques se retrouvent confrontées au problème de la cohérence de leur visibilité digitale. Leur principal défi consiste à bien comprendre les aspirations et attentes de leur clientèle en ligne et d’adapter leur offre de contenus et de services à chaque plateforme où elles se doivent d’être présentes pour toucher leur public cible.

Par exemple, les internautes utilisent principalement Facebook pour rester en contact avec leurs amis, s’informer sur les prochaines soirées auxquelles ils sont invités ou partager des informations qui ont retenu leur attention. Pour eux, la présence des marques dans cet univers n’est par une priorité. A l’inverse, s’identifier sur le site d’une marque dans le but de développer des interactions avec elle et avec d’autres personnes qui l’apprécient suppose la volonté de s’engager plus durablement avec elle.

Aujourd’hui, la présence digitale d’une marque ne peut plus se limiter à une seule plateforme, que ce soit son site Web ou sa page Facebook. Pour répondre aux attentes de leur clientèle, elles vont devoir faire abstraction des cloisons qui entourent les différentes plateformes où elles sont présentes et multiplier les passerelles, par exemple en insérant des boutons de partage sur les contenus de leur site Web ou en redirigeant vers la section «Service après-vente» de leur site Web les fans qui évoquent sur Facebook des problèmes avec le produit qu’ils ont acheté.

Article publié sur WORLDTEMPUS le 3 février 2011
Marc-Olivier Peyer,
IC-Agency,
et Louis Nardin, WorldTempus

Posted in Actualités et tendances | Leave a comment

Understanding China’s clientele of luxury watches online

Predestined to be fuelling the industry’s major growth for years to come, China, along with the other BRIC markets, represents a strategic opportunity for luxury watch brands. If significant signs of recovery in sales have been announced by most of the industry’s leaders, it is largely due to the demand increase for Swiss watchmaking in these regions. They have become true ‘Eldorados’, not only for Swiss watchmakers, but for the luxury industry in general.

China represents the pillar of the current growth of the industry, with performance numbers that easily surpass those of the other emerging markets. This market is currently the third largest consumer of luxury goods, and will rank first by 2015.

image 
China is currently the third largest consumer of luxury goods, and will rank first by 2015. Picture: People are crowed in the shopping mall to buy presents on Christmas Eve. (Photo/CFP)

Deciphering local preferences

Due to the vast expanse of the country and the multicultural diversity in the fast-growing affluent regions, it is difficult to draw up a standard profile of the typical Chinese consumer with regard to luxury goods demand, even though, “they need these goods to represent their own purchasing power and to taste psychological satisfaction” according to David Chang, Founder of the Research Office for Haute Horlogerie and China and WorldWatchReport Invited Contributor.

According to the online findings revealed in the past two years in the WorldWatchReport, the Chinese consumer is for the most part brand-name focused. He/she is influenced by the high-profile ambassadors who promote the brands, preferring those who personify excellence in competition in the world of sports. In addition, they are drawn to strength of character, as demonstrated even through fictional characters, such as James Bond. International cinema and television stars are emulated by the Chinese consumer, whether they are current or classic, male or female.

 image
China is the leading market in terms of search volume for the BRIC markets. Omega and Rolex are much more searched for than any other brand, with a slight advance for Omega in China. High Range brands Longines and Rado perform especially well in China – © IC-Agency, WorldWatchReport 2010


Online brand building in China

China’s strategic importance has pushed Internet growth at the expense of print media. If brands would traditionally invest in magazines, they cannot replicate this recipe in China where the magazine market is constantly evolving and erodes any coherent or lasting image. While the Internet is considered the primary factor influencing purchasing, boutiques are considered to be in second position and magazines only in seventh (BCG Asia). Nevertheless, David Chang stresses that “the print Media’s advertisement is still a very important method to target Chinese Luxury goods consumers. But, with the development of the Chinese market, the online share will be more important. More people, including younger consumers, want to access watch knowledge rapidly, and the Internet is the most convenient way” .

In regards to the search for information, Baidu is the uncontested search engine leader with nearly two thirds of the search market share in China, far ahead of Google which seems unsuccessful in imposing its leadership in the Middle Kingdom. When deciphering the local clientele search behavior, it remains mostly brand-oriented due to the challenge for brands to translate and adapt their product ranges and campaign messages to the local languages and preferences. “China’s market is not very mature, many brands entered this market late and they have not yet been recognized. People mainly want to know about the different brands, their history and positioning. Moreover, many model names are not translated into Chinese, so it is not convenient for online searching. Though people know some names through watch advertisements, a limited amount of people recognize model names,” points out David Chang.

Baidu Cartier 
Example of a luxury brand visibility on Baidu – Cartier

When looking at watch aficionados’ online conversations, the Chinese clientele has no reason to be jealous of western watch platforms. Hundreds of thousands of watch enthusiasts participate actively in online forums dedicated to the art of fine watchmaking, such as Iwatch365.net, Watchbus.com or Watchstore.com.cn where page view statistics can range from one to three million per month. Besides discussions about world famous brands, style and technology of watches, a significant portion of some forums are dedicated to watch sales transaction, where people set up their shop page and sell watches online.

iWatch365Daily online conversations about high-end watch brands take place on local forums – Picture: iWatch365.net, gathering 450’000 watch aficionados in China

One of the key challenge for Swiss watch brands wanting to succeed in China will be to define the right online positioning which emotionally connects to China’s affluent clientele. While mapping its online media consumption would be the first step, mastering language specificities, clientele preferences as well as defining the appropriate engagement drivers are crucial success factors for luxury watch brands in China.

Source: Europa Star Dec. 2010 /Jan. 2011 Magazine Issue

Posted in Uncategorized | Leave a comment

SIHH 2011: la Haute Horlogerie sous la loupe du WorldWatchReport

Wwr_2011 A l'occasion du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) qui se tient à Genève du 17 au 21 janvier 2011, IC-Agency dévoile les premières tendances identifiées par le WorldWatchReport en matière de demande pour des produits de Haute Horlogerie sur Internet:

L'importance croissante de la Chine

1 recherche sur 4 effectuée sur Internet pour des produits de Haute Horlogerie provient désormais de Chine. L'Empire du Milieu devient ainsi, derrière les Etats-Unis, le deuxième pays où la demande pour des garde-temps de prestige est la plus importante.

Des typologies de recherche différentes d'un pays à l'autre

La demande exprimée pour des produits de contrefaçon est plus importante au Brésil (5%) et aux Etats-Unis (7%) que dans les autres pays (moins de 3%). Les internautes chinois et indiens s'intéressent davantage aux prix des modèles, cette intention de recherche représentant 8% en Chine et 12% en Inde, alors que la moyenne est de 2% dans les autres pays. Enfin, la population des personnes recherchant des produits de Haute Horlogerie en Europe et aux Etats-Unis possède une meilleure connaissance du nom des modèles et des collections, cette intention de recherche représentant entre 11 et 18% du volume total de recherches dans les pays occidentaux.

Les modèles de Haute Horlogerie les plus demandés

Le trio de tête des modèles de Haute Horlogerie les plus recherchés sur Internet reste inchangé par rapport à l'année dernière:

  1. Jaeger-LeCoultre “Reverso” (8.8%)
  2. Audemars Piguet “Royal Oak” (6.1%)
  3. IWC “Portuguese” (5%)

Il est intéressant de noter que la demande pour les modèles est très fragmentée et que la demande pour certains modèles iconiques et intemporels reste constante au fil des ans.

+513% de fans de Haute Horlogerie sur Facebook

A l'exception notoire de Patek Philippe, toutes les marques de Haute Horlogerie couvertes par le WorldWatchReport disposent désormais d'une présence officielle sur Facebook. La première place revient incontestablement à Audemars Piguet qui compte près de 45'000 fans, contre 1'100 l'année dernière. Plus de 150'000 internautes ont déclaré être fan d'une marque de Haute Horlogerie sur Facebook, ce qui représente une augmentation de 513% par rapport à l'année dernière.

A propos du WorldWatchReport

Publié depuis 7 ans, le WorldWatchReport offre un décryptage complet des recherches réalisées sur Internet par des millions de prospects et clients de vingt-cinq marques horlogères de luxe. L'étude couvre dix marchés-clés pour l'horlogerie dont les quatre marchés du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) ainsi que le Japon, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Italie, la France et l'Allemagne. L'étude complète sera dévoilée à BaselWorld en mars prochain.

Lire le communiqué de presse.

Posted in Actualité, Spécial horlogerie | 2 Comments

Les limites du crowdsourcing dans le luxe

Luxe_crowdsourcingL'AGEFI consacre, dans son édition du lundi 10 janvier 2011, un article à la thématique du crowdsourcing dans le luxe. 

L'article mentionne l'exemple du site Art Of The Trench de Burberry qui constitue un cas d'école dans l'industrie du luxe. Il traite également de Hermès qui a lancé le site Jaimemoncarré.com l'an dernier – et de Louis Vuitton, qui permet au client de customiser son sac en inscrivant ses initiales à l'intérieur du sac.

Interrogé par l'AGEFI, David Sadigh, CEO d'IC-Agency, souligne qu'une marque peut recourir à ce type de démarche "lorsqu'elle doit se réinventer ou retrouver un certain type de clientèle". L'exemple de Burberry est particulièrement intéressant à cet égard puisque la marque a réussi, sous la conduite de son CEO Angela Ahrendts, à se réorienter sur une clientèle plus jeune et à augmenter significativement ses ventes en 2010.

Le crowdsourcing applicable à l'industrie horlogère?

L'article de l'AGEFI conclut que les démarches de co-création sont plus difficilement réalisables dans l'industrie horlogère. En effet, le cycle de développement d'une montre étant en moyenne de deux à quatre ans, faire appel aux propositions et demandes de personnalisation des internautes dans la définition du design d'un produit pose des problèmes de production.

L'article de l'AGEFI a également été publié par Worldtempus.

Posted in Actualités et tendances | Leave a comment

Audemars Piguet et IC-Agency récompensés à Paris

MPU La célèbre manufacture horlogère Audemars Piguet a été récompensée à Paris lors du « Grand Prix Stratégies Firstluxe.com du luxe 2010 » pour la campagne digitale « Royal Oak Offshore Grand Prix » réalisée en partenariat avec la société suisse IC-Agency, experte en Luxury Digital-Marketing.

Créé en 2005, le Grand Prix Stratégies du Luxe distingue depuis 5 ans les campagnes des plus grandes marques françaises et internationales en fonction de leur pertinence, leur inventivité et leur intégration à la stratégie de l’entreprise.

Une mention a été attribuée à Audemars Piguet pour la campagne internationale de Luxury Social Media et Online Advertising réalisée en collaboration avec IC-Agency dans le cadre du lancement du modèle « Royal Oak Offshore Grand Prix » proposé en édition limitée à l’occasion du Grand Prix de Formule 1 de Bahrain en mars 2010.

Véritable succès commercial – l’intégralité de la collection était vendue à la fin de la campagne, cette opération a également été une réussite en ligne. En 6 semaines, le support de campagne a été affiché 250 millions de fois auprès de la clientèle cible. Avec plus de 26'000 nouveaux Fans qualifiés sur Facebook, une notoriété accrue dans les moteurs de recherche et des coûts d’acquisition maîtrisés malgré le recours à des sites premium, cette campagne internationale et multiplateformes réalisée avec le soutien d’IC-Agency a su exploiter au mieux les opportunités digitales pour répondre aux ambitions d’Audemars Piguet.

Pour David Sadigh, CEO d’IC-Agency, « Audemars Piguet est une marque de haute horlogerie iconique et particulièrement active en digital. Nous sommes fiers que notre partenariat entièrement helvétique, unissant les équipes du Brassus d’Audemars Piguet et genevoises d’IC-Agency, se soit distingué lors de cette manifestation. » 

Cette édition 2010 du Grand Prix Stratégies Firstluxe.com du luxe a été remportée par Hermès pour le site événementiel et participatif du parfum Voyage d'Hermès.

Posted in Actualité, Publicité en ligne, Spécial horlogerie | Leave a comment

Luxe en ligne – Les 5 chiffres de 2010

Le web a influencé jusqu’aux fondements de la communication et de la vente de produits exclusifs. Revue en chiffres des changements les plus radicaux.

5%

Soit la part des ventes réalisées en ligne pour l’ensemble de l’industrie du luxe. Ce canal additionnel aux réseaux de vente traditionnels génère déjà quelque 8 milliards d’euros, tout secteur confondu. Vu sous un angle numérique, le luxe est le secteur de l’économie qui a connu la plus forte croissance en 2010 (source: Bain & Co). Si pour Cartier, l’e-commerce ne représente «rien du tout» selon son CEO Bernard Fornas (Le Monde du 30.11.2010) – pour Burberry, les ventes en lignes ont augmenté de 50% au premier semestre fiscal. Pour rappel, la marque anglo-saxonne a réuni sur Internet plus de 650’000 personnes lors du streaming du lancement de sa récente collection (source: Internet Retailer).

Les ventes en ligne de Burberry ont augmenté de 50% au premier semestre fiscal. ©www.burberry.com
Les ventes en ligne de Burberry ont augmenté de 50% au premier semestre fiscal. ©www.burberry.com

500 millions

Soit le nombre d’inscrits à Facebook dans le monde, dont 70% en dehors des Etats-Unis. La moitié des utilisateurs s’y connecte chaque jour, et parmi eux 200 millions via un téléphone mobile. Les membres y passent en moyenne 15 minutes par jour selon les dirigeants du site. Un changement de paradigme dans la consommation du média Internet, qui provoque un raz-de-marée au sein de l’industrie du luxe – entre marques «avant-gardistes» ou qualifiées de trop exclusive pour s’y abaisser, le «Social Media» reste le thème le plus animé du moment auprès des marques.

400 millions

Soit la quantité d’internautes en Chine – premier pays en termes de nombre d’internautes – dont 210 millions de blogs, 175 millions inscrits à des réseaux sociaux locaux comme RenRen au Kaixin et 110 millions de membres participatifs à des forums de discussion (source: CNNIC). Un pays dont les usages en ligne peuvent être différents comparés aux pays plus matures en termes d’expérience du web. Près de 98% des inscrits aux forums chinois y passent en moyenne 1 heure par jour et sont des contributeurs actifs. A noter que des forums dédiés aux marques de haute horlogerie existent déjà. Certains regroupent plusieurs centaines de milliers de membres, à l’instar d’Iwatch365.

400 millions d'internautes chinois... DR
400 millions d’internautes chinois… DR

850’000

Soit la taille de la communauté de Fans sur Facebook inscrits aux pages – officielles ou non – de 25 marques horlogères de luxe. Soit 85% d’augmentation en à peine 6 mois depuis BaselWorld. Parmi celles qui y gèrent désormais une Page officielle, Hublot reste tenante du titre de la marque la plus populaire sur Facebook avec plus de 200’000 Fans (Source: WorldWatchReport, IC-Agency).

La page d'Hublot dur Facebook.
La page d’Hublot sur Facebook. DR

23%

C’est la part de marché de Google en Chine, qui peine à asseoir son hégémonie dans l’Empire du Milieu. Le renforcement de sa présence en ligne dans le pays passe nécessairement par l’intégration de Baidu dans sa stratégie de communication digitale – Baidu est le leader incontestable des moteurs de recherche locaux avec 73% de part de marché du pays. Une domination qui s’effectue au dépens des internautes chinois à la recherche d’informations sur l’étranger et qui voudraient pouvoir se tourner davantage sur Google, conscients du contrôle étatique effectué par les autorités chinoises sur le contenu indexé par Baidu (Source: BusinessWeek.)

Article publié sur WORLDTEMPUS le 2 décembre 2010
Florent Bondoux, IC-Agency, et Louis Nardin, WorldTempus

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Forum Benchmark « Luxe et Internet »

Benchmark_luxe_flyer
Le célèbre éditeur français Benchmark Group organise la 3ème édition du forum "Luxe et Internet" le 14 décembre à Paris.

Une occasion incontournable pour tout professionnel de l’industrie du luxe de profiter du partage d’expertise et de meilleures pratiques en matière de stratégies digitales d’un panel d’intervenants réunissant notamment :

  • Patricia Saiagh, Boucheron
  • Bruno Alazard, Estée Lauder
  • Fabrice Paget, Fabergé
  • Julie Thompson, Lancôme
  • Franck Sagne, Moët Hennessy
  • Frédéric Layani, Tag Heuer
  • Joël Palix, Thierry Mugler
  • Antoine Lacroix, Van Cleef & Arpels
  • Xavier Court, vente-privee.com

Parmi les questions posées aux intervenants:

  • Comment dynamiser sa stratégie digitale ?
  • Comment transposer efficacement les codes du luxe dans sa campagne web ?
  • Comment une marque de luxe peut-elle s'assurer une présence efficace et valorisante sur les réseaux sociaux ?
  • En quoi le mobile et les tablettes tactiles peuvent-ils enrichir la relation client ?
  • Comment développer un espace de vente en ligne respectueux du prestige de la marque ?

Programme & inscription.

Les résultats de l’étude “Les marques de luxe sur Internet” seront notamment dévoilés  à cette occasion.

Posted in Actualité, IC-Agency événements | Leave a comment

Luxe, la tentation du net

La Télévision Suisse Romande (TSR) a réalise un sujet dédié aux marques de luxe et l’e-commerce, diffusé au JT de 19h30 vendredi 26 novembre dernier.

Intitulé “Luxe, la tentation du net”, le reportage complet s’intéresse aux récentes initiatives de prestigieuses marques comme Fabergé à utiliser Internet comme canal de vente.

On y découvre les points de vue de Matthieu Tarac, Directeur des ventes, Fabergé, le célèbre joailler Benoît de Gorski ainsi que David Sadigh, Directeur associé d’IC-Agency.

Luxe, la tentation du net
TSR, 26 novembre 2010, 19:30

Les marques de luxe commencent à vendre leurs articles sur Internet – Jusqu'à présent, l'achat sur Internet d'une belle montre ou d'un bijou semblait risqué et même un brin vulgaire. Mais les mentalités sont en train de changer, et les grandes marques l'ont compris. Elles s'intéressent de plus en plus à la vente sur Internet.

Posted in Uncategorized | Leave a comment